AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 1 : L'Aurore Pourpre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lordav
Gros Tofu
Gros Tofu
avatar

Nombre de messages : 208

+ Informations
Parrain de: Personne
Apprenti de: Personne
IG:

MessageSujet: Chapitre 1 : L'Aurore Pourpre   Mer 11 Fév 2009 - 21:49

Chapitre 1«L’Aurore Pourpre»

Epuisé par la bataille, Lordav gisait au milieu des cadavres ; il y en avait des milliers. Il essaya de lever la tête pour voir le charnier qui l’entourait mais ne parvint à la soulever que de quelques centimètres à peine au dessus du sol.
« Le monde entier est devenu fou, songea-t-il vaguement. L’homme est une feuille morte, ballottée par la brise d’automne. »
Fermant les yeux, il se remémora les événements de sa vie qui l’avaient mené jusqu’ici.

Né en l’an 9, ses parents l’avaient laissé aux mains de leur clan, les Roublards. Avant de disparaître, ils avaient seulement laissé à leur fils une dague décorée de motifs sombres, appelée Zaroc. L’enfant grandit et fut éduqué en suivant la Voie du Scram, apprenant dès son plus jeune âge les rouages du vol, de l’assassinant, de la dissimulation et de l’empoisonnement. Il révéla plus tard des talents pour la discrétion et une capacité à s’adapter dans tous les milieux.

De nombreuses années passèrent, sereines, au sein du clan. Mais en l’an 24, les échos du monde apportèrent à chaque habitant une bien sombre rumeur venant de l’Ouest : le Seigneur Démon Rushu avait ordonné à son fidèle disciple, Djaul, de lui construire une cité où l’on Le vénérerait. C’est ainsi qu’apparut en une nuit ténébreuse la maléfique cité de Brâkmar. Et ce fut aussi à partir de cette date que l’armée des Brâkmariens commença à évoluer, recrutant dans ses rangs gobelins, trolls, humains et démons.

Une année après, Lordav, comme nombreux de ses congénères, acceptait de venir grossir les rangs des Brâkmariens et de mener le combat contre l’armée bontarienne, créée pour contrer Brâkmar.

Et maintenant, il était là, sur le champ de bataille dévasté, jonché de cadavres des deux camps. Il sentait que sa joue gauche baignait dans une flaque de boue et de sang.
« Assez rêvasser, pensa-t-il amèrement. »
S’appuyant sur un des cadavres voisins pour prendre appui et pouvoir relever la tête, il embrassa la scène du regard : sur la totalité de la plaine, il n’y avait que des corps sans vie. L’herbe verte s’était gorgée du sang des combattants et brillait d’un éclat rubis morbide. Le ciel lui-même avait pris une teinte pourpre ; et le soleil levant transformait la scène en une vision de cauchemar.

Détournant le regard de ce massacre, il aperçut au loin un groupe d’hommes qui semblaient fouiller les corps. Sans bouger, il concentra son regard sur eux et comprit : il s’agit de survivants bontariens qui achevaient ce qui restait de l’armée brâkmarienne.
« La discrétion, c’est la survie, se remémora-t-il»
Il regarda attentivement autours de lui, tentant de trouver une cachette sûre. Son regard tomba sur la Sombre Forêt des abraknydes.
« Si j’arrive à ramper jusqu’aux abords de la Forêt, je suis sauvé. »
Il commença à avancer, ventre à terre, en poussant légèrement les morts qui le gênaient. Du coin de l’œil, il continua à observer attentivement l’avancée des Bontariens, s’immobilisait et faisait le mort dès que l’un d’entre eux regardait dans sa direction.

Petit à petit, il finit par atteindre la lisière des arbres et s’aida d’un tronc pour se relever. Tout d’un coup, il sentit brusquement qu’on lui attrapa le bras. Il tourna la tête vers le tronc et tomba nez à nez avec un abraknyde sombre. La créature, semblable à un vieux tronc creux fissuré, avait une couleur grise-brunâtre. Muni de bras maigres et secs se terminant par trois branches faisant office de doigts, il avait des yeux blancs laiteux . Une cavité allongée formait une bouche cruelle, d’où s’échappait une odeur de moisissure. Une lueur mauvaise dans le regard, le tronc se servit de son autre bras pour frapper Lordav. Sous le choc, celui-ci chancela et tomba quelques mètres plus loin. Il se ressaisit très vite, sauta sur ses pieds et sortit sa dague Zaroc de son fourreau.

L’abraknyde lança une décharge magique sur Lordav puis le chargea. Celui-ci esquiva l’attaque en roulant sur le côté et en profita pour attraper un caillou puis se dissimula avec son sort d’invisibilité. Une fois sa cible disparue, l’abraknyde stoppa net, déboussolé. Il chercha le Sram des yeux mais la clairière alentour était vide. Lordav, invisible, visa un arbre à l’opposé de l’endroit où il se tenait puis y lança avec force le caillou, provoquant un puissant bruit de choc. La créature se tourna vers la source du bruit, laissant, sans qu’elle le sache, son dos vulnérable. Lordav en profita, se déplaça aussi rapidement et silencieusement que le vent vers l’abraknyde et traça, à l’aide de Zaroc, une profonde entaille dans son bois, provoquant de multiples fissures sur son dos et lui arracha un cri de douleur.

Se reculant vivement, le Sram vit les petites entailles s’étendre sur l’ensemble du tronc, fragilisant dangereusement le bois. L’abraknyde se tourna immédiatement vers lui, fou de rage. Lordav se mit en position défensive, près à parer n’importe quelle attaque. Mais il fut surprit en voyant la créature renverser sa tête en arrière et pousser un étrange hurlement. Aussitôt, d’étranges petites choses apparurent, sorties de nulle part. Ressemblant eux aussi à des troncs sur pattes mais de plus petite taille, ils n’avaient pas de bras. Une petite feuille verte trônait sur le haut de ce qui leur servait de crane et des petits yeux occupaient la plus grande partie du tronc. Le sram reconnu aussitôt les créatures : des tronknydes. Chacune des créatures étaient maintenant en train d’invoquer des araknes, qui se jetèrent sur lui, rejoins bientôt par les tronknydes. Les araignées grimpèrent sur Lordav et entreprirent de le mordre à tous les endroits possibles, tandis que les petits troncs s’agglutinaient autours de ses jambes, empêchant tout mouvement. Pendant ce temps, l’abraknyde s’était rapproché et lança une autre décharge magique vers Lordav. Celui-ci, gêné, ne parvint pas à se dégager et à éviter à temps l’attaque magique. Il fut heurté de plein fouet à la poitrine et se retrouva projeté contre un arbre. Reprenant ses esprits avec difficulté, il retira les morceaux d’araknes grillées qu’il avait un peu partout sur le corps et se releva.

Il balaya la scène du regard. Les tronknydes s’étaient regroupés devant l’Abraknyde et se préparaient à invoquer de nouvelles araknes. L’abraknyde regarda Lordav s’avancer, sur de lui, le visage dénudé d’expression. Les tronknydes invoquèrent de nouveau des araknes et tous se jetèrent sur lui. L’arbre sombre prépara une nouvelle décharge de magie et la lança. Mais au lieu d’achever le sram, l’onde magique le percuta et Lordav s’évapora dans un nuage de fumée. Tronknydes et araknes tombèrent au sol, déboussolés. Tous le cherchèrent des yeux. Dissimulé derrière un arbre, à proximité de l’abraknyde, le Sram pensa :
« Le leurre a marché, mon double les a distrais, c’est le moment d’en profiter »
Lordav se glissa discrètement dans le dos de l’abraknyde et lui assena un puissant coup sournois sur l’entaille déjà tracée. La créature se mit à hurler Le bois craqua et les fissures déjà présentes devinrent de plus en plus profondes et nombreuses.

L’Abraknyde tombait peu à peu en morceau, puis finit par s’écrouler, brisé, son cri disparaissant emporté par le vent. Ses invocations disparurent comme elles étaient venues. Lordav regarda le tas de morceaux de bois sombre puis, dans un soupir, s’appuya dos contre un arbre. Il se laissa glisser au sol et finit par s’endormir.
« C’est plus de combats qu’il n’en faut en une journée. » pensa-t-il avant de sombrer.



Avant toute chose sachez que je ne suis pas le seul à avoir écris ce 1er chapitre, ma petite amie (de pseudo Enora) a été intéressé par le projet et on fera toute cette histoire à 2.
Donc cette histoire comme vous avez pu le remarquer se passe dans l'ère des dofus, si vous avez un peu de connaissance historique de dofus vous comprendrez sinon je vous fais un petit résumé...

Tout les petits amaknéens vivaient tranquille dans leur village (qui se trouve sur la presqu'île des dragoeufs actuellement) lorsque 2 personnes (Karib et Silar) ouvrent un passage vers l'univers des demons. Rushu en profita pour violer le pacte leur interdisant de passer dans l'univers des humains et demanda à son plus fidèle démon (Djaul) de lui construire une ville qui serai son temple car il enviait les dieux pour les fidèles disciples qui par leur croyance leur donnaient leur pouvoir. Ainsi en une nuit Brâkmar fût construite.
1 an plus tard face à la menace grandissante des brâkmariens Jiva, Pouchecot et Ménalt bâtissent Bonta. Encore 1 an plus tard les brâkmariens décident de se jeter sur Bonta, une énorme bataille a lieu ou Ménalt périt, cette bataille sera appellée plus tard "L'Aurore Pourpre".

Pour ceux qui ne savent toujours pas grand chose, il faut savoir que quand vous jouez vous incarnez une âme à la 639 année de dofus

Donc j'espère que le 1er chapitre vous aura plu et bonne soirée. :ok:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravenz-Belks
Dominion
Dominion
avatar

Nombre de messages : 3437

+ Informations
Parrain de: Personne
Apprenti de: Personne
IG:

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : L'Aurore Pourpre   Jeu 12 Fév 2009 - 18:36

Le titre fait très...



Mais sinon c'est Lol.
T'as du talent, sauf pour les noms propres :gni:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chapitre 1 : L'Aurore Pourpre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Bec d'améthyste de l'Aurore Pourpre discutions
» [Le Renouveau] - Les Archives d'Amakna
» Fragments retrouvés VIII : L'Aurore Pourpre
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Quartier du Tofu :: L'Antre de Maître Corbac-
Sauter vers: