AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Récits RP] Temporellement votre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caelius
Guerrier
Guerrier
avatar

Nombre de messages : 81

+ Informations
Parrain de:
Apprenti de: Alzérion
IG: Caelius

MessageSujet: [Récits RP] Temporellement votre   Jeu 20 Juil 2017 - 19:59

[Bonjour à toi, cher lecteur, 
Voici pour ton plus grand plaisir quelques exemples de ma prose ; les aventures de Caelius, mon Xélor. Si certains événements ont réellement été joués en jeu, d'autres ont et seront écrits uniquement pour étayer le personnage et son histoire très complexe. Mais je t'épargne cela et te laisse doucement découvrir ce disciple du Grand Chronomaître dont la singularité ne sera bientôt plus à te prouver.]


« Parlez-moi de votre enfance… »


Le Xélor, les mains jointes posées sur son torse, se redressa dans le sofa.

« Je n’ai jamais été heureux. Je pense. A mes vingt-et-un ans je suis parti du foyer familial pour vivre tel que je le désirais. Ma famille ne me l’a pardonné que très tardivement.
- Qu’en est-il de votre vie de couple ?
- Je suis marié depuis maintenant deux ans à la plus douce, la plus délicate, la plus raffinée des épouses. Mais je la soupçonne d’avoir pendant un temps eu des vues sur le Second de notre ancien équipage. Elle en est en partie pardonnée, mais elle venait à récidiver elle serait châtiée avec la rigueur qu'exigent les bonnes moeurs. 
- Vous êtes si clément. Des enfants ? »


Le mage marqua un silence avant de reprendre après une profonde inspiration :


« Avant que je ne l’épouse elle avait eu une fille née d’une malheureuse histoire comme on en entend chaque jour à Astrub. Je l’ai considérée comme ma propre enfant. Malheureusement la jeune Kael a été la proie de la cupidité de ce monde et nous l’avons à jamais perdue… Puis nous avons eu un fils il y a un an et deux mois. 
- Votre lyrisme met en lumière un amour paternel exemplaire, Monsieur Sedli.
- Merci.
- Développez donc vos rapports avec votre famille…
- Eh bien… J’ai donné, il y a peu, l’ordre à des mercenaires de les mettre hors d'état de nuire. Jusqu’au dernier. A l’exception de ma sœur.
- Vous êtes si machiavélique, Caelius. Je suis en admiration.
- Je sais. »


Le mage se releva du sofa finement sculpté dans un bois noble et dont le dossier et la banquette étaient recouverts de velours violet. Il récupéra son large chapeau noir orné de plumes bleues, s’en couvrit le chef et se téléporta près d'un guéridon disposé au milieu de la pièce. Il releva et rabattit sur le côté le manche de son gramophone, l’aiguille frotta un instant contre le disque sur lequel sa voix monocorde et grave avait été enregistrée et un crissement sortit de la corne démesurée de l’appareil. 
Traversant les couloirs richement décorés de tapisserie majoritairement à son effigie, le Xélor se dirigea vers la sortie de son havre-sac.

Une violente bourrasque de vent fit flotter sa grande cape noire. Alors qui se baissait pour ramasser sa maison mobile, Caelius sentit un choc et la seconde d’après se retrouva sous un jeune homme dont la gêne avait fait virer le visage au rouge pivoine. Il était de quelques centimètres plus petit que lui, ses traits laissent penser qu’il devait être d’une vingtaine d’années bien avancée, sa barbe était parfaitement bien taillée. Mais le détail qui marqua le plus le Xélor était la crinière de cheveux qui recouvrait la tête de cet élément perturbateur. C’était une prouesse capillaire qu’il n’avait jamais rencontrée auparavant. Les cheveux d’un brun étincelant étaient pour beaucoup coiffés d’un côté pendant que le reste était rabattu derrière une longue oreille pointue.

Après s’être relevé d’un bond et n’ayant pas demandé son reste pour relever le Xélor en lui tirant les bras, le jeune homme fit une série de courbettes en s’excusant dans une avalanche de formules de politesse. Caelius détailla cet individu tout en reculant. Il était vêtu d’une longue redingote bleu marine à liserés dorés, d’une chemise blanche dont le col était cerclé d’un foulard noué avec raffinement pour finir en jabot, et son ample pantalon était maintenu par deux ceintures dont le style attira l’attention du mage et le renseigna aussitôt sur son origine, enfin ses bottes parfaitement lustrées étaient munies de grandes boucles qui en resserraient le cuir marron.

Il avait fini ses excuses. Caelius, plus qu’irrité, prit la parole :

« Vous semblez être perdu jeune Huppermage. Vous êtes bien loin de votre académie. N’ayez crainte, je vais vous guider au zaap le plus proche. » 


Perturbé par l’inexpressivité de son vis à vis et l’écho glacial que renvoyait le masque de cuivre, Weyland Kerouac resta bouche bée, les bras le long du corps. Et avant même qu’il puisse répondre à cette étrange proposition le Xélor avait disparu dans un «dzit » et cette sonorité se fit entendre dans son dos. Sans même avoir le temps de se retourner le jeune élémentaliste sentit un grand choc à la nuque et tomba à terre. Ce fut le noir le plus complet.

Cet insecte mis à terre, Caelius ramassa donc son havre-sac et continua son chemin dans la Voie de la Poudre en direction du portail zaap. Cette journée commençait de façon on ne peut plus satisfaisante.


Dernière édition par Caelius Sedli le Sam 22 Juil 2017 - 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolard
Dominion
Dominion
avatar

Nombre de messages : 385

+ Informations
Parrain de: Otaket
Apprenti de: Skryle
IG: Dolard, Livre Sterling

MessageSujet: Re: [Récits RP] Temporellement votre   Sam 22 Juil 2017 - 19:42

Et bien WOW !
J'ai beaucoup aimé te lire, je me suis carrément plongé dans ton récit !
Il y a aussi le fait que tu racontes l'histoire de ton personnage en tant que méchant, ou du moins cela laisse à y penser, que j'ai apprécié.
Continu de nous ecrire des textes comme celui là, je me ferai un plaisir de les dévorer...

___________________________________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caelius
Guerrier
Guerrier
avatar

Nombre de messages : 81

+ Informations
Parrain de:
Apprenti de: Alzérion
IG: Caelius

MessageSujet: Re: [Récits RP] Temporellement votre   Sam 22 Juil 2017 - 21:09

[Merci Dolard !
Voici la suite qui, justement, va répondre à certaines interrogations et éclaircir le personnage !]


Le port de Sufokia grouillait de monde. Le chahut régnait. Sous la douce lueur des jours du printemps où la nature s’éveille, pêcheurs, marchands, marins, s’attelaient à leur tâche en braillant, criant, grimaçant ou se contentant de grogner.
Dans cette agitation on comptait bien évidemment d’autres protagonistes tels que les gardes qui présentaient tous types de profils, du plus droit et vaillant à celui dont le regard était sans cesse détourné au passage d’une poitrine ou d’un postérieur redondants. Les passants qui ne faisaient que traverser ces lieux sans réelle intention étaient souvent bousculés ou bloqués par quelques dockers inattentifs ou voleurs à l’étalage qui s’échappaient dans une discrétion maladroite.
Sous son masque de cuivre, Caelius se régalait de cette atmosphère si pittoresque. L’ambiance si propre à l’univers marin suffisait à le faire voyager bien loin, même en restant à quai.
Son regard venait régulièrement se poser à sa droite pour observer les navires amarrés et, parfois, leur capitaine fumant la pire, accoudé à la rambarde ou hurlant quelques ordres à l’équipage. Il jeta un bref coup d’œil à sa montre à gousset. Le mage temporel constatait alors qu’il ne lui manquait que quelques minutes à voler avant d’avoir à nouveau l’équivalent de vingt-quatre heures accumulées dans cette petite création mécanique. Profitant de la foule, le Xélor claqua des doigts et se servit allègrement de quelques secondes sur chaque personne qui le frôlait. En deux minutes il en avait gagné le double. C’est sur une note de satisfaction qu’il bifurqua sur la droite afin d’atteindre un imposant trois mats. Devant l’embarcadère attendait un homme aussi grand que lui, portant également un imposant chapeau noir décoré de plumes –qui cependant étaient gris cendré-. Il revêtait une redingote usée, tout comme ses bottes. Le disciple du Chronomaître s’approcha et prit la parole sur son ton naturellement confiant :
« Capitaine Groriot, n’est-ce pas ?
- Monsieur Sedli, répondit le concerné, je désespérais de vous voir arriver. Il sourit.
- Nous avions pourtant convenu que notre rendez-vous serait à onze heures trois quarts. Voilà chose faite.
- Ahah ! Vous les Xélors, jamais trop tôt, jamais trop tard ! Il reprit sa contenance. Allons Monsieur Sedli. Suivez-moi. Je vais vous montrer votre cabine. »
Ses nouveaux quartiers étaient tout à fait somptueux. Le mage se sentait tout à fait dans son élément.
« Cela vous convient-il ?
- La cabine du second est toujours convenable. Celui-ci n’a-t-il guère eu du mal à laisser ainsi ses quartiers ? Surtout à un simple suiveur.
- Pensez donc ! Quant il a vu la somme que vous nous donniez… Eheheh, il est pas plus malheureux de dormir avec les autres de l’équipage lorsqu’il pense à toutes les tournées qu’il va pouvoir se payer. »
« Le charme de la piraterie à l’était pur. » pensa le Xélor.
 Après une maladroite formule de courtoisie, le capitaine s’éclipsa, annonçant au mage temporel qu’ils allaient lever l’ancre d’ici quelques minutes.
 
Une fois seul, Caelius commença à sortir de son sac divers effets personnels : tubes à essais, engrenages, seringues, pinces d’horlogerie, poudres alchimiques, grimoires…
Ses doigts saisirent à l’aveugle un objet de taille modeste et de forme ronde. Il le sortit.
C’était son insigne des Boucaniers Fantasques. Son ancien équipage pirate. Des souvenirs lui revinrent. Escobar, le Second à qui il avait prêté allégeance… ses compagnons de mers… le repaire… Tout cela était derrière. Voilà qu’il s’était embarqué dans un nouvel équipage, mais ce n’était pas par idéal ou de bon cœur. Les desseins du mage étaient tout autres…
 A peine eu-il terminé de se remémorer ces quelques souvenirs qu’il entendit le capitaine lancer à son équipage :
 
« Larguez les amarres ! »
---
Les semaines passèrent, puis ce furent les mois... Deux s'étaient écoulés et voilà qu'éclairé à la simple lueur d’une bougie, Caelius achevait l’élaboration minutieuse de l’un de ses nombreux schémas. Sur son bureau traînaient rouages, parchemins, plumes et composés alchimiques épars. L’intégralité de sa cabine était décorée dans son style ; à savoir, donc, avec plusieurs inventions mécaniques parfois mêlée à un peu de magie, un plan de travail d’alchimie parfaitement rangé où chaque potion était alignée et étiquetée, une dizaine de grandes horloges indiquant chacune une heure différente, certaines tournaient même à l’envers ou bien à une allure plus rapide que la norme, et un balancier répétait sans cesse son mouvement alors qu’il lévitait sans aucun mécanisme qui lui était rattaché. Enfin, près du lit, une bibliothèque dont les étagères étaient remplies dans la parfaite limite du possible venait compléter cette mystérieuse harmonie. Le Xélor se leva dans un mouvement mécanique, sec. Il roula son parchemin et le cala entre sa ceinture et son pantalon noir. Puis il saisit son havre-sac et l’ouvrit. Après qu’il eût récité dans un murmure presque inaudible une incantation, tous ses effets personnels vinrent l’un après l’autre s’engouffrer dans la besace. Son regard vide octroyé par son masque de cuivre balaya la pièce et le mage se téléporta dans un « dzit » caractéristique de ses déplacements instantanés.    
C’est dans ce même son qu’il apparut sur le pont supérieur, l’entrée de sa cabine dans son dos. Le Xélor avança d’un pas assuré. L’équipage était réuni près du mât principal, braillant, riant et buvant. Alors que le mage allait pour les contourner certains d’entre eux commencèrent à l’apostropher :
« Eh, m’sieur Sedli ! V’nez donc passer un peu d’bon temps !
-Ouais, le temps ça vous connaît, ‘savez quand qu’c’est il est bon. »
Le concerné se contenta de passer son chemin en silence tout en posant son regard vide sur quelques uns de ces hommes d’équipage. Un silence de mort s’abattit. Caelius se rendit jusqu’à la proue où il observa les lueurs que l’on pouvait percevoir à l’horizon. Il scruta le ciel quelques secondes. Selon la position des étoiles et l’aspect des rivages lointains il ne faisait aucun doute que le bateau était en direction de Bonta. Il se téléporta à nouveau pour arriver à l’opposé de sa position, à a poupe du bateau, là où le capitaine tenait la barre.
« Bonta, n’est-ce pas ? » L’interrogé fut pris d’un sursaut et se retourna.
« Ah ! Monsieur Sedli. Bonta, oui, c’est ça. C’est notre destination pour demain. »
Le Xélor le fixait dans un lourd silence. Seul le vacarme des marins, qui s’étaient remis de leurs émotions, agrémenté du roulis des vagues, donnaient une ambiance sonore. Le capitaine reprit :
« On va s’alimenter en vivres. Le risque est à prendre, mais c’est pas la première fois qu’on fait ça. Tout ira bien.
-Je n’en doute pas. »
Le marin se pinçait les lèvres, ne sachant que dire. Sans nécessairement faire l’effort de regarder celui-ci, il sentait que son interlocuteur gardait braqué sur lui ses deux orbites vides et légèrement lumineux. Ces hublots semblaient vous juger, vous mépriser, vous faire culpabiliser. C’était comme s’ils vous rappelaient sans cesse les erreurs que vous avez commises, que vous en referez d’autres, et que malgré toute votre bonne foi vous ne serez jamais digne de pouvoir maintenir plus de quelques secondes votre regard plongé dans celui du porteur de ce masque de cuivre. Au fond de lui, le capitaine Groriot avait la sensation que cet homme pourrait lui sauter à la gorge, décider que son temps était imparti et qu’il était temps qu’il cesse d’exister et lui arracher froidement le cœur. Le marin frémit. Il se rassurait cependant en se rappelant que la présence du Xélor n’avait jusque là causé aucun trouble. Le mage temporel restait souvent dans ses quartiers, parlait peu et ses rares remarques s’étaient montrées pertinentes. Il ne faisait aucun doute qu’il venait de la haute société. En premier lieu au vu de la fortune qu’il n’avait pas un seul instant hésité à mettre pour partir avec eux, mais aussi par ses connaissances et ses manières parfaitement mesurées. Le capitaine restait plus mitigé quant à l’habillement du mage. Il mêlait le raffinement bourgeois à ce style très particulier que l’on retrouve chez les pirates les plus bohèmes. A partir de là, il savait qu’il n’avait rien à craindre, les notables n’étaient pas dangereux. Pas vraiment. Et celui-là connaissait la piraterie. Les rares fois où il avait pu discuter on aurait presque dit qu’il avait ça dans les tripes. Groriot se disait que rien n’était impossible. Surtout avec les Xélors, on ne sait jamais ce qu’ils cachent sous leurs bandelettes.
Caelius interrompit le cours des pensées du pirate :
« Puis-je me rendre dans la réserve ? Il me faudrait quelques munitions pour mon tromblon. 
-Bi… Bien sûr monsieur Sedli ! C’est pour couvrir vos arrières demain à Bonta, au cas où ?
-Disons cela, oui. On n’est jamais trop prudent… »
Sur ces mots, le Xélor se rendit dans la cale en prenant le soin de s’assurer que personne ne le suivait.
S’il était sur ses gardes, c’est bien car il comptait une fois de plus réaliser un coup fourbe. L’objectif était simplement de sortir de la lourde lassitude qui l’avait envahi après deux mois à ne rien faire de hors du commun à bord de cette embarcation. Caelius aimait ce qui était hors du commun. Il se délectait toujours de voir les airs surpris de ceux qui assistaient à des événements d’ordre peu ordinaire. Le temps était venu pour lui de laisser parler une nouvelle fois sa créativité. Attendre plus longtemps à bord de ce navire l’aurait sûrement fait rouiller ; un comble pour un Xélor de sa trempe. Dans la réserve de poudre le magicien examina chaque baril et les marqua un à un d’une rune rougeâtre en forme de rouage.
Une fois les préparatifs mis en place, il se rendit de nouveau aux côtés du capitaine du navire.
« Et bien, maître Xélor, vous en avez mis du temps ! Ahaha ! »
Caelius se contenta de détourner son regard vers l’horizon, les mains cachées et jointes sous sa longue cape noire. Un nouveau silence pesant s’installa pour plusieurs minutes avant que le mage temporel ne prenne la parole :
« Savez-vous, capitaine, comment il est possible de nommer le subtil mélange entre un maître Xélor et une réserve de poudre ? »
Le concerné regardait son interlocuteur dans un silence qui en disait long sur son incompréhension. Le mage reprit :
« Une bombe à retardement. »
Sur ces mots le Xélor claqua des doigts et sortit de sous sa cape une une fiole contenant une potion rosée aux reflets jaunâtres. Le capitaine, dans un surprenant élan de lucidité et une vivacité d’esprit hors norme, émit une hypothèse on ne peut plus juste sur ce à quoi était tant occupé le mage lorsqu’il s’enfermait dans sa cabine remplie de bizarreries qui dépassaient ses connaissances et que son second, bien qu’aviné, avait qualifié de « louches ». Le magicien, dans une vive gestuelle, releva légèrement son masque pour laisser entrevoir une fine bouche aux lèvres grises affichant un rictus cruel et but la potion contenue dans la fiole. Il disparut dans une fumée violette parsemée de chiffres romains lumineux et une série de détonations se fit entendre. En quelques secondes le bateau et son équipage n’étaient plus qu’un lointain souvenir et s’étaient transformés en un spectacle pyrotechnique qui émerveilla puis affola les quelques habitants des côtes sud-bontariennes. Les voiles enflammées s’envolaient sous la force du souffle du brasier pendant que le bois claquait et que les quelques survivants gémissaient, agonisant de leurs brûlures et du traumatisme subit. La mort viendrait bientôt chercher ces pauvres âmes en détresse.
 
            Caelius apparut dans un bruyant craquement. Les quelques animaux se trouvant aux alentours, et désirant finir leur bout de nuit en paix, détalèrent sans demander leur reste, surpris par ce son ayant brisé la silencieuse harmonie des lieux. Son regard se posa sur la terrasse d’un repaire qu’il connaissait par cœur. Il avait réussi. Il était de retour à Poup Island. Les lieux se laissaient deviner, éclairés par les derniers rayons de la lune qui achevait sa course nocturne. Ensablé, couvert de fientes de salbatroces, aux boiseries pourries. Le Repaire des Boucaniers avait bien changé depuis ces dix derniers mois. Dans un élan de mélancolie il s’approcha lentement jusqu’au pied des marches de la terrasse. Là, il vit un homme étalé de tout son corps sur le sol de la terrasse délabrée. Le mage vint à quelques centimètres de l’étranger. Il l’analysa quelques secondes. L’homme ronfla. Le Xélor le saisit par le bras avant de disparaître par l’une de ses téléportations. Le silence absolu était retombé sur l’île.


Dernière édition par Caelius le Sam 29 Juil 2017 - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Don Rico
Dominion
Dominion
avatar

Nombre de messages : 584

+ Informations
Parrain de: Personne
Apprenti de: Looser
IG: Don Rico / Don Murdow / Schyzo Freine / Don Freakial

MessageSujet: Re: [Récits RP] Temporellement votre   Jeu 27 Juil 2017 - 23:43

Je me demande toujours si ton personnage est uniquement fasciné par la violence gratuite, ou si en plus de cette cruauté il a un plus large objectif !
En tous cas tu nous le dépeint comme un personnage bien supérieur aux autres de par son intellect et sa dextérité, ce qui donne envie de le voir dans une situation de difficulté pour palper ses limites ! 

C'était toujours très cool à lire  :ok:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Récits RP] Temporellement votre   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Récits RP] Temporellement votre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Récits RP] Temporellement votre
» Quel est votre jeux 3D glasses préféré ?
» Votre CDthèque idéale
» Quel est votre Sonic préféré ?
» Et si aujourd'hui était votre dernier jour à vivre?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Quartier du Tofu :: L'Antre de Maître Corbac-
Sauter vers: